Christian Malard

Browsing category: Arabies & Trends
0 comments

IRAN : LA NOUVELLE CIBLE DE L’ÉTAT ISLAMIQUE

Pour la première fois, en juin dernier, l’État Islamique a frappé fort sur le sol Iranien, s’attaquant au Parlement, symbole du Pouvoir, et au Mausolée de l’Imam Khomeiny, le Père de la Révolution Iranienne. Bilan : 17 morts et 50 blessés.

Depuis sa naissance, en 2014, l’ État Islamique considère que l’Iran est devenu une cible de choix.

Pourtant, jusqu’en juin dernier, « l’Ayatollahrchie », au pouvoir depuis 38 ans, pouvait se targuer, de par sa politique anti-terroriste très musclée, d’avoir réussi à faire face à la menace Islamo terroriste de Daech.

L’État Islamique, dont la composante est essentiellement issue de l’extrémisme Sunnite, a toujours considéré les musulmans Chiites comme des apostats. Il les a toujours décrits comme étant une menace pour la Communauté Sunnite qui, à ses yeux, est la seule Communauté Musulmane digne de ce nom.

Face à cette posture et à la menace que Daech représente pour les intérêts de l’Iran dans la région, les Ayatollahs considèrent aussi Daech comme une menace pour leur sécurité nationale, d’où les dépenses, sans compter, pour le combattre à l’intérieur et à l’extérieur de leurs frontières.

Aujourd’hui, le grand dessein du régime est de tout faire pour empêcher le développement et la vision idéologique de Daech, tout en prévenant toute attaque en territoire Iranien et contre les Iraniens.

Les Ayatollahs se reposent sur un état fort et stable avec des services de sécurité verrouillés à tous les niveaux par 160000 Gardiens de la Révolution, fidèles au Guide Suprême : l’Ayatollah Ali Khamenei.

L’Iran s’en prend directement à l’État Islamique. Pour contrer ses opérations, il envoie des conseillers, du personnel militaire et du matériel de guerre, en Syrie et en Irak, afin d’empêcher toute incursion en territoire Iranien. Il mène aussi une campagne de propagande contre son idéologie.

Pour minimiser l’aspect sectaire du conflit et cacher son désir de diriger tout le monde musulman, pas uniquement la minorité Chiite, l’Iran soutient financièrement et militairement le Gouvernement Irakien et son armée, certains combattants Kurdes et quelques groupes Sunnites.

À l’intérieur, le régime a pris un certain nombre de mesures radicales en totale coordination avec la Communauté Sunnite minoritaire pour contrer les tentatives de recrutement de l’État Islamique.

Il y a quelques mois, les services de contre espionnage Iraniens ont déjoué un attentat terroriste de Daech à grande échelle qui visait 50 cibles à Téhéran avec 200 Kilos d’explosifs. Cela n’a pas empêché l’État Islamique de parvenir à ses fins récemment, même s’il est aujourd’hui affaibli.

Depuis l’été 2016, en effet, Daech a perdu plus de 50% des territoires qu’il occupait en Irak et en Syrie. Ces derniers mois, il a accru sa propagande anti Iran, menaçant les Ayatollahs de leur imposer le Diktat Sunnite.

Cette attaque, à n’en pas douter, va entrainer des représailles. Les ultra conservateurs, soutenus par Khamenei et les Gardiens de la Révolution, n’entendent pas laisser le champ libre au Président dit modéré, Hassan Rohani, qu’ils accusent de vouloir trop ouvrir le pays à l’Occident et d’être trop laxiste.

Cette attaque renforce les Gardiens de la Révolution considérés comme les protecteurs du pays. C’est eux qui ont répliqué et éliminé rapidement les terroristes de l’État Islamique.

Cette attaque facilitera aussi le renforcement de la lutte contre Daech en Irak et en Syrie.

En tout cas, si la politique régionale de l’Iran peut être amenée à changer, la politique de répression ne changera pas à l’intérieur.

Ce qui est aussi inquiétant finalement pour le régime, c’est que les terroristes qui ont opéré pour le compte de Daech étaient Iraniens, pas forcément instrumentalisés par le Grand Ennemi Saoudien, même si, quelques jours avant l’attentat, le Prince héritier avait déclaré « que la guerre serait bientôt déplacée en Iran. »

Iran : the new target of the Islamic State (I S I S)

For the first time, last June, the Islamic State struck hard on Iranian soil, attacking Parliament, symbol of Power, and the Mausoleum of Imam Khomeini, the Father of the Iranian Revolution. Results: 17 dead and 50 injured.

Since its birth in 2014, the Islamic State has seen Iran become a prime target.

Yet until last June, « the Ayatollahrchie », in power for 38 years, could boast, thanks to its very strong anti-terrorist policy, of having managed to face the Daech terrorist Islamo threat.

The Islamic State, whose component is essentially the result of Sunni extremism, has always regarded Shi’ite Muslims as apostates. He has always described them as a threat to the Sunni community, which in his view is the only Muslim community worthy of the name.

Faced with this posture and the threat Daech poses to Iran’s interests in the region, the Ayatollahs also see Daech as a threat to their national security, hence spending, without counting, Within and outside their borders.

Today, the plan of the regime is to do everything possible to prevent the development and ideological vision of Daech, while preventing any attack on Iranian territory and against the Iranians.

The Ayatollahs rely on a strong and stable state with security services locked at all levels by 160000 Revolutionary Guards, faithful to the Supreme Leader Ayatollah Ali Khamenei.

Iran is directly attacking the Islamic state. To counter his operations, he sends advisers, military personnel and war material, to Syria and Iraq, to ​​prevent any incursion into Iranian territory. He also conducts a propaganda campaign against his ideology.

To minimize the sectarian aspect of the conflict and hide its desire to lead the entire Muslim world, not just the Shiite minority, Iran financially and militarily supports the Iraqi Government and its army, some Kurdish fighters and some Sunni groups.

Inside, the regime has taken a number of radical measures in full coordination with the Sunni minority community to counter the attempts to recruit the Islamic State.

A few months ago, Iranian counter-espionage services defeated a large-scale Daech terrorist attack targeting 50 targets in Tehran with 200 Kilos of explosives. This has not prevented the Islamic State from achieving its aims recently, even though it is now weakened.

Since the summer of 2016, Daech has lost more than 50% of the territories he occupied in Iraq and Syria. In recent months, he has increased his propaganda against Iran, threatening the Ayatollahs to impose the Sunni Diktat on them.

This attack will undoubtedly lead to reprisals. The ultra conservatives, supported by Khamenei and the Revolutionary Guards, do not intend to leave the open field to the so-called moderate President Hassan Rohani, whom they accuse of wanting to open the country too much to the West and to be too lax .

This attack reinforces the Guardians of the Revolution considered as the protectors of the country. It was they who quickly replied and eliminated the terrorists of the Islamic State.

This attack will also facilitate the strengthening of the fight against Daech in Iraq and Syria.

In any case, if the regional policy of Iran can be changed, the policy of repression will not change within.

What is also worrying for the regime is that the terrorists who operated on behalf of Daech were Iranians, not necessarily instrumentalized by the Saudi Great Enemy, although a few days before the attack the Crown Prince Declared « that the war would soon be displaced in Iran. «